« La PIMP c’est surcoté en vrai » par ce kedger qui n’a pas réussi à shotgun sa place

snoop dog

La PIMP, soit l’une des seules soirées qui motive la majorité des kedgers et dont le besoin promotionnel est relativement faible…

Témoignage d’un génie heureux de manager LA soirée de l’année « On a qu’à organiser une journée d’animation ! »

Bah oui tiens super bonne idée, sinon personne ne va prendre sa place, on ne réussira jamais à tout vendre, ça serait vraiment dommage… Et surtout ça serait dommage de priver les kedgers d’un rodéo mécanique et d’un château gonflable alors que c’est parfaitement cohérent avec le thème.

Laissez-moi vous raconter l’histoire réelle inspirée de faits vrais de notre protagoniste que nous appellerons Charles-Henri pour des raisons d’anonymat évidentes.

Charles Henri décide de prendre une initiative « Vas-y on motive toute l’asso on fait une grosse team sa mère, on se prend notre carré ! En plus j’ai un déguisement de malade qui est chaud pour faire une photo badass ? ». Une asso de 30, une photo à 5, le carré VIP promet d’être plus fifou que jamais.

C’est fièrement après avoir posté sa photo sur l’évènement qui recueille un nombre de like conséquent mais pas suffisant, qu’il déambule dans les couloirs et prend la température de la future concurrence : « Tu vas à la PIMP ?

  • Bah grave ! J’ai trop peur de pas avoir mon shotgun par contre… »

(Et tu as raison MOUAHAHAHAHAHAHHA !)

Le shotgun, un combat, une étape, une aventure, une détermination sans frontières qui commence par une volonté extrême de, pour une fois, « jouer le jeu ». Montre en main, Lydia allumé, toute source de consommation de 4G éliminée… Il est prêt.

Jusqu’à ce que…

502 bad gateway

Et puis…

quelques instants

 

Quand enfin…

encore quelques instants

Ah bah finalement…

finalement.PNG

Une pluie de défaites.  2h de concentration intense. Charles-Henri est à bout, il n’ira pas à la PIMP : « De toute façon c’est juste un évènement pour que les mecs aient une excuse d’exhiber leurs abdos et les filles pour porter un minimum de vêtements et un maximum d’accessoires… ». Il sera tout de même heureux de recueillir les témoignages de ses camarades le lendemain de l’évènement en priant pour que la soirée ait été nulle et justement…

« En vrai il y avait 1cl d’alcool dans chaque verre, beaucoup trop de monde, JUL c’est pas du rap US ».

Charles-Henri est content, il peut enfin le dire : « Nan mais en vrai la PIMP c’est surcoté ».

Faf la rage

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :