TBS TOUJOURS À LA RECHERCHE DE 92 FIGURANTS POUR COMBLER SES EFFECTIFS

IMG_0856

À la question « TBS ou cube ? », beaucoup d’étudiants semblent avoir choisi la troisième dimension. En effet, TBS n’a pas atteint les effectifs escomptés cette année (92 étudiants manquent en effet à l’appel). L’école se voit donc obligée d’embaucher de nombreux figurants, afin de combler les places vides sur les brochures publicitaires de l’an prochain (quand on vous dit qu’il suffit de traverser la rue…) !
Comment l’école de la ville rose en est-elle arrivée là ? Quels sont les profils recherchés ?
Le Captain vous répond !

Comment en est-on arrivé là ?

C’est la question que tout le monde se pose ! Comment une école d’une renommée nationale a-t-elle pu se retrouver dans une telle situation ? Manque de professeurs publiant à l’internationale (C’est la lutteuuuuuh fin….ah non pas celle-là), erreurs stratégiques, absence de fusion, les raisons sont multiples. Il s’agirait, cependant, d’un boulard assez proéminent chez nos amis toulousains. Dans la version officielle, TBS, attribue ce cuisant échec à « sa forte exigence académique ». Et le pire c’est qu’ils disent ça sérieusement.

Quels profils ?

Quant aux profils, l’administration précise « nous recherchons des femmes, hommes, non-binaires et tout autre type de personnalités autoproclamées, et ce de toutes les origines ! Nous voulons juste éviter les locaux, les natives comme nous les appelons ici. Leur odeur de pastis et leurs nuisances sonores faisant fuir les Erasmus asiatiques, apeurés par si peu de savoir-vivre. Ces derniers en viennent malheureusement même à fuir tel les boat people vers leur pays d’origine, asséchant d’autant plus un vivier d’étudiant déjà fortement clairsemé ».
Un critère de sélection sur lequel l’établissement ne transigera pas sera la capacité de l’aspirant à encaisser des quantités d’alcool remarquables, un danger redoutable étant donné la présence de KAS, du fait de la proximité de la frontière espagnole, rendant la digestion de la vodka fort difficile.
Toulouse Business School se réserve également le droit de refuser tout candidat n’attestant pas d’un minimum de MST, preuve du passé d’OB exemplaire.

Quelles tâches ?

Contacté par l’AFP, le service communication tente d’abord de nier les faits « Nous avons rempli tous nos effectifs cette année », mais leurs sanglots (de sang) transparaissent alors à travers le téléphone. Avec un peu plus d’insistance, et un bakchiche plus tard, un membre du service admission nous confie « nous n’avons effectivement pas rempli nos effectifs, nous recherchons donc des personnes étant prêtes à faire semblant d’être étudiant ». Notre contact ajoute « les tâches que ce travail nécessite sont très basiques. La plupart du temps, cela consiste à faire semblant d’assister au cours, comme un étudiant standard, une très bonne planque, en somme ! Sinon, le plus pénible est de se promener toute la journée dans nos locaux vides».

Toulouse Business School, Terre d’exil.

                                                                                                                                          HOUSTON

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :