Publicités

Colocation ou vie solitaire : deux choix un seul combat

Friends

V ous l’aurez bien compris, aujourd’hui nous allons toucher à ce débat éternel. Pour argumenter chacune des deux parties, je m’inspire bien évidemment de ma propre expérience donc toute ressemblance avec des situations réelles ou avec des personnes existantes est totalement voulue et non fortuite.

Afin de mieux cerner ce débat je propose de commencer par voir nos besoins selon la pyramide de Maslow : Besoins Physiologiques, Besoins de sécurité, Besoins d’appartenance, Besoins d’estime, Besoins d’accomplissement de soi. (Oh nan putain tu nous fais chier avec tes cours de Ressources Humaines…) Calmons-nous, je ne suis pas comme ta prof – pardon, ton « intervenante » – dépressive sur les bords et surtout pas remise de la fois où tous ses potes l’avaient laissée toute seule dans une boite de nuit vietnamienne lors de son enterrement de vie de jeune fille un 24 décembre. Attaquons le sujet point par point :

1. Besoins physiologiques : Manger, Boire, Copuler, Respirer, Dormir.

En colocation : Ici un seul mot est maître : le partage, tu devras partager cette boîte de 12 œufs et ce bon steak que tata Ginette t’a rapporté le week-end dernier pour tenter de ne pas passer pour un crevard, Tu devras boire avec tes colocs car évidemment boire solo c’est… étrange. Adieu moments intimes d’union entre toi et ta dulcinée et bonjour les amis qui mettront « Toutes les nuits » du seigneur Colonel Reyel, et viendront te lancer du PQ par devant alors que tu t’occupais de son der…. Je m’égare.

Solo : Le seigneur est à son château, certes tes serviteurs ne sont pas là, mais cette fois tu seras tel Smeagol préparant ses carbonaras avec 1 …. Que dis-je 2 boites de lardons rien que pour toi … le frétillant… mon précieuuuxxx . Mais bon Smeagol ce n’est pas forcément la personne avec le plus d’amis au monde. Enfin, tu dormiras autant que tu veux avec ou sans ta dulcinée d’ailleurs, tu dormiras tant que ton pyjama deviendra ta deuxième peau, tu commenceras à douter de toi lorsque tu feras tes courses avec ta tenue Bob l’éponge.

2. Besoins de sécurité : Environnement stable.

En colocation : c’est semblable à une bombe à retardement, certains soirs, tu seras si tranquille que  tu auras de l’écho dans l’appartement, tu pourrais même apercevoir le fantôme d’un mec mort dans un appartathon qui avait lieu dans ton appartement en 1867… mais ce n’est là que le calme avant la tempête car ce soir tu as eu le malheur de ne pas faire ton tour de vaisselle… là l’environnement n’est plus sûr, la tension est à son comble, tu vois ton coloc arriver avec son fusil de chasse calibre 23 et tu ne penses plus qu’à une chose … Survivre.

Solo : L’environnement ne dépend que de toi, bon il faut avouer qu’avec cette concentration de méthane et de souffre, tu as créé ta propre zone climatique, d’ailleurs il y a une manifestation Greenpeace devant chez toi, tu pollues trop…. Mais le calme, la sérénité … la paix, vois-tu comme c’est calme ? Trop calme…

3.Besoins d’appartenance : Amour, Affection des autres.

En colocation : Ah ça ! L’amour des colocataires avec un grand A, ce début gênant comme lorsque tu parles à ton n’amoureuse de maternelle, « Heu… excuse-moi, je peux t’emprunter ton sel si ça ne te dérange pas et que tu t’en sers pas dans les 30 prochaines minutes sinon je peux aller acheter le mien » puis ça finit en « bah alors ma p’tite pucelle, elle va se déplacer toute seule cette salière mon con ? » alors ne me demandez pas pourquoi mais très vite les insultes deviendront synonymes de mots de ponctuation, mais bon, tu sais que ce coloc sera là quand ton Crush t’aura friendzoné avec le coach de l’équipe de rugby… lui il sera là au moins, ton connard de coloc.

Solo : Bon, là soit tu t’aimes et tu te supportes, soit c’est la merde niveau affection des autres en solo….

4. Besoins d’estime : se sentir utile, conserver son identité.

En colocation : oh oui tu te sens utile, tu es un homme à marier multi-tâches: Vaisselle, ménage, repassage, bâchage, cuisine, peinture, bricolage, démolition, odorisant, baby-sitter, stripteaseur… tu sais tout faire. Par contre niveau identité, tu n’as plus de secret pour ta secte… tout se sait …

Solo : tu te rends souvent service, tu te fais à manger, tu te douches même des fois tu t’aides à faire caca et ça c’est vraiment sympa, niveau identité clairement tu es personne parmi les polards, les gens te nomment monsieur X alias le cocon, on te croise de temps en temps en OB mais seulement les soirs de pleine lune.

5. Besoins d’accomplissement de soi : Développer ses connaissances, valeurs.

En colocation : qui de mieux pour t’aider à réussir ton partiel de compta en distanciel que tes colocataires ? L’union fait la force, tu pourras développer des compétences uniques telles que boire une 8.6 en moins de 5 secondes, réussir à matcher sur Tinder, réussir à t’habiller et te préparer en moins de 45 minutes ! Des exploits dépassant l’humain et le réel.

Solo : le nez dans tes bouquins, c’est la seule façon d’apprendre, après il y a les tutos marmiton ou les tutos YouTube mais on sait très bien qu’au bout de 25 minutes ce qu’on entendra ce sera soit : « Yo tout le monde c’est Squeezie » ou «  On peut apercevoir que l’hippocampe des îles méditerranéennes des Galápagos peut éjecter une quantité de 19 cl de sperme lorsqu’il observe les oiseaux »… chacun sa culture je ne juge que moi-même.

J’espère avoir pu éclairer ta lanterne sur la question existentielle entre la colocation et la vie en loup solitaire, mais si cela ne t’a apporté aucune aide ou information supplémentaire face à ce dilemme cornélien et bah c’est bien con.

Gerboulade

 

Publicités

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :