Unis-Terre retrouve 100 000 euros sur un compte caché

29750398_1704702506234201_1338469592_n.jpg

Peu de personnes le savent, mais la semaine dernière, le bon dieu a frappé Unis-terre, 100 000 euros ont été retrouvés dans les comptes des années précédentes qui n’avaient pas été clôturés. Mais d’où viennent ces mystérieux fonds. Commissaire Jack est de retour et a mené l’enquête pour vous.

Une exploitation illicite d’enfants Africains ?

Mes premiers soupçons se sont tournés vers les projets Reads, Yega et Vi, quoi de mieux pour renflouer les caisses que d’ouvrir un spectacle de magie au Benin, ainsi qu’une entreprise internationale de culture de coton située au Cameroun et au Sénégal. Mais malheureusement, mon indic sur place, le célèbre scientifique Eddy Malou m’a expliqué que c’était mathématiquement impossible. On lui fait confiance.

Fenêtre sur cour ?

La piste d’un braquage en étroite collaboration avec la commission fenêtre sur cour m’est ensuite venue à l’esprit. En profitant de l’expérience de la commission, il ne manquait plus qu’une bonne organisation pour faire le braquage parfait et repartir avec le pactole. Mais encore une fois, ma piste n’était pas la bonne, puisque par définition, les prisonniers sont… En prison. Et le recel de savon, bien que fleurissant aux Beaumettes, ne rapportait pas assez d’argent

L’impasse ?

Il fallait donc que je reprenne mes esprits, de la vente d’enfant de Boud’chou et d’Happy Days, de la fabrication de Nike en Asie… Il y a une multitude de possibilités, je dois étudier toutes les solutions pour éviter la page blanche. Mais oui c’est ça, de la blanche ! Vous ne vous êtes jamais interrogé sur le voyage en argentine de nos amis de chez Comedor ? Un Road trip d’une qualité intrigante.

Après avoir bossé des heures sur la Casa de Papel et Narcos, j’en suis arrivé à une conclusion sans appel : depuis 3 ans, chaque été, un trafic de blanche (et on ne parle pas de vente d’humain) se met en place en Argentine et en Colombie pour financer le voyage, mais le problème c’est que l’activité génère beaucoup trop d’argent et Unis-terre a de plus en plus de mal à faire avaler que ces profits proviennent de la vente des bonnets en alpaga.

 

Encore une enquête résolue par commissaire Jack, Unis-terre va devoir répondre de ses actes, Comedor va pouvoir parler poudreuse avec Dynam… euh avec le ski club. Et qui sait, cet argent au black va peut-être servir à financer des projets africains.

 

Benjamin Lajoie

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :