Soirée des kedgeurs brisés : Chili cogne carne

Alors que la soirée « Villa des Kedgeurs brisés » touchait à sa fin, les autorités ont repéré un étrange véhicule garé juste devant l’arène des nuits kedgiennes. Premiers éléments d’enquête.

One Again Club, vendredi matin, 5h04. Une soirée Kedge vient de se finir, il est maintenant temps pour chaque clubber de vaquer à ses occupations : pour certains, dépenser le peu d’argent qu’il leur reste dans le kebab miteux de la rue Saint-Saëns. Pour la plupart d’entre nous, rentrer chez soi retrouver un lit trop longtemps désiré. Pour le plus victorieux des kedgers, achever l’étape ultime de l’Opération Saint-Valentin : ramener sa proie de la soirée chez elle en se faisant passer pour le bon samaritain protecteur, ou encore mieux : la ramener chez lui.

Pour d’autres, l’objectif était plus simple, basique : casser les couilles.

C’est là qu’intervient Alfonso Domia, un jeune chilien étudiant à Kedge. Ce jeune prodige dont la notoriété n’a d’égal que l’intelligence se démarque de tous ses camarades : chilien bilingue en français, il a postulé à toutes les commissions hispanophones d’UT et Interact pour n’être accepté par aucune d’elles après la 6ème vague. Excédé, notre champion compte bien oublier cet échec en tentant d’assouvir son fantasme de gosse : qu’une fille lui fasse la bise. Errant de Maxi à New Cancan, de Palmeraie à One Again, le bourreau des cœurs tente tant bien que mal de toucher à la sensualité féminine mais enchaîne les refus et reçoit le même succès qu’une Travestise. C’en est trop : lors de la prochaine soirée, il sera méchant. Il ne sait pas encore comment, mais il compte bien, pour la première fois de sa vie, faire en sorte d’exister à l’école.

Un cabrón

C’est ainsi qu’Alfonso Domia prit part à 23 des 147 bastons de la dernière soirée, allant jusqu’à menacer au couteau un membre féminin de l’équipe Mars’Eyes ou de qualifier le Chili à l’épreuve du lancer de palette en bois dans la gueule de ceux qui ne sont pas d’accord avec lui. Avoir besoin d’objets plus ou moins dangereux pour exister aux yeux des femmes, comment ne pas être fier ? Fort de cet exploit, Alfonso jubile : ce n’est que le début de sa revanche sur le monde. Faisant appel à un complice, il fait garer une voiture juste devant le One Again, voiture dans laquelle il aura pris soin de planquer bidons d’essence, pneus et bonbonnes de gaz. « J’avais même ajouté des empañadas périmées, réputées pour leurs propriétés létales » confiera l’intellectuel lors de son interrogatoire. Un mode opératoire qui aurait presque pu tourner au drame si notre prix Nobel avait oublié d’être con. En effet, ses nombreux litiges avec kedgers, videurs et les violences qui ont suivi ont dépêché les policiers sur places, qui se sont par la suite occupés de l’affaire.

 

cagette-en-bois-naturel-albert

relique utilisée par Alfonso pour (essayer de) se faire respecter

 

Dommage pour Alfonso, qui aura désormais tout intérêt à ne pas être trop connu à Kedge… Concernant sa grande recherche de l’amour, qu’il se rassure : les douches des Baumettes devraient le remplir de bonheur.

P-B

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :