Publicités

Toutes les infos sur les listes 2018

Après des semaines d’interviews, d’enquêtes et d’expériences sociales, il est temps pour nous de ruiner le travail entamé depuis plusieurs mois par des individus acharnés.

C’est un grand honneur pour Captain Jack de vous dévoiler les noms de ceux qui vont énormément peser dans la vie de Kedge par leur présence, leur rayonnement culturel et leur utilité…

….Ou pas !

Listeux vous pouvez respirer, vos secrets sont gardés bien au chaud, membres du BDE, arrêtez tout de suite l’expédition punitive lancée contre nous quand vous avez vu le titre de l’article, personnes concernées par ce qui suit, essayez de ne plus respirer pendant 30 minutes vous verrez c’est marrant ! Voici tout ce qu’il y a à savoir sur les pseudo sectes de Kedge.

Les VTC : il n’y a pas que les taxis qui regrettent leur arrivée…

Cet acronyme désigne le Vieux Porsche Tuning Club, un groupuscule de Garagistes à qui on n’a malheureusement pas mis de bâtons dans les roues.

Ultra-compétents au Beer Contest, ils ne gagneront plus grand-chose cette année, sauf peut-être à un concours de circonstances…

Ils se voient pourtant comme des spécialistes de la construction : c’est à eux que fut confiée l’érection d’une partie du Rideau de Fer lors de la soirée Cold War. Ils n’avaient malheureusement pas compris que lorsqu’on leur demandait de « faire le mur », on réclamait simplement leur fugue discrète.

Les PBM : aussi utiles à la société que des pansements à une jambe de bois

Sauf que pour les pansements, on arrive à s’en débarrasser au bout d’un certain temps…

Parce qu’elles ne boivent que ce qui est de cette couleur, c’est le jaune qui a été choisi par l’équivalent « féminin » des VTC pour leurs « uniformes ».                                                          Bien que facilement reconnaissables grâce à leurs salopettes de la couleur de Titi, nul n’a vraiment envie de rencontrer le Grosminet des Poissonnières de la Bonne Mère, qui comme leurs marchandises n’inspirent pas la fraîcheur.

Poissons, Bigorneaux et Moules des PBM n’attirent donc pas les foules et leur notoriété à niveau égal à celle du Titanic (environ 5000m sous le niveau de la mer) nous pousserait à dire « arête » au groupe spécialiste du poisson, ce qui est un comble…

Les PLD : « qui part à la chasse devrait être remis à sa place »

On pourrait croire que ces 3 lettres désignent le groupe gitan « Pete Les Dents ». Il n’en est rien même si les « Pète La Dalle » semblent être des nomades au New Cancan, errant de refus en refus.

Ils se sont beaucoup inspirés du duo PNL : en plus d’avoir un logo similaire, ils partagent également le même manque de talent naturel. Au même titre que l’autotune pour rendre le duo parisien supportable, on conseillerait l’auto-censure aux PLD. Pour sûr, eux ne rentreront pas « Dans la légende » contrairement aux deux rappeurs, et n’attraperont rien d’autre cette année qu’un ou deux bons rhumes.

Souhaitons leur bonne chance dans leur recherche de stages en tant qu’ajusteurs de stérilets dans la Creuse…

Les NK : listeux frileux

Mêmes initiales que Nathalie Kosciusko. Malheureusement pour eux, on leur prédit également le même destin : faire parler de soi lors de son arrivée à Kedge, puis retomber dans l’oubli.

Comme la femme politique, les « Niqués de Kedge » ne seront jamais élus à des fonctions importantes, à la différence qu’eux ont une raison qui est toute à leur honneur : ils ont eu la présence d’esprit (ou la frilosité) de ne se présenter à aucune élection… Ils se contentent de coller leurs autocollants un peu partout à l’école sauf dans les salles de classe, lieux qu’ils n’ont semblerait-il pas assez fréquenté depuis leur naissance.

Si le hasard fait bien les choses, alors les NK n’ont sûrement pas été faits par hasard… Et ce n’est pas leur chanson conquérante mettant en avant leur volonté de « tout niquer à Kedge » qui va arranger la sauce pour ces Néo-Kassos. Einstein a dit un jour : la créativité, c’est l’intelligence qui s’amuse », ce à quoi on peut rajouter : « Les NK, c’est l’inutilité qui s’exprime ».

« Qui part à la tchatche perd sa place »

Une fois n’est pas coutume, Captain Jack zappe la galanterie et parle des femmes, des vraies, en dernier. L’ultime groupe qui sera évoqué est celui des Tchointch…Tchatcheuses. Reconnaissable à son T-Shirt bien pompé sur Levi’s, la Tchatcheuse semble aussi pure que le blanc du chandail à manches courtes qu’elle arbore fièrement en soirée mais finira comme beaucoup aussi souillée que du sopalin chez un célibataire endurci…

Les Tchatcheuses sont des femmes du Monde, très exclusives, qui envisagent de créer leur propre nation, dont l’hymne serait celui de la légion étrangère : « Tiens voilà du boudin », et dont la devise fédérative serait : « le succès c’est comme le toboggan à la piscine, on avance plus vite quand on se couche même si parfois ça fait mal au cul ».

C’est bien beau toute cette indépendantisation et cette affirmation de soi, mais qui va garder les enfants et faire les courses ?

Une mobilisation nationale pour la cause (perdue) de ces individus

Ces groupes constituent un phénomène dangereux. Dans chacun d’entre eux on compte plus de membres que dans un nightclub thaïlandais. Ils sont à l’heure actuelle considérés comme dangereux et radicaux, et tous fichés S (« Stupides»).

Mais un élan de solidarité nationale nait : le week-end prochain sera lancée la campagne du Télécon, avec un don de neurones possible au 3637, afin de sauver les membres de ces groupes, membres pourtant tous adorables mais déjà surnommés « les tempêtes », tant ils brassent de vent.

Lolo Fouvet

Publicités

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :