Publicités

La téléréalité : Un fléau qui touche aussi les étudiants en école de commerce

La téléréalité est d’après notre très cher Wikipédia ; un « Genre télévisuel dont le principe est de suivre, la vie quotidienne d’anonymes ou de célébrités sélectionnées. » Une question se pose donc au vu de cette définition : Quels sont les critères de sélection ?! Sans doute un mix marketing entre une connaissance accrue en astronomie et la taille des seins(#2lunes). Nous allons donc tenter de voir comment ce phénomène à réussi à séduire les étudiants de nos Business Schools françaises.

Quid de l’intelligence ?

On pourrait en effet s’attendre à ce que, du fait de son intelligence suprême qui le place dans les meilleures écoles de France, la stupidité de ces émissions ne serait pas à leur hauteur d’un étudiant d’école de commerce. Pourtant, avec la multiplication des émissions (Secret Story, Les Marseillais, Les Anges, La villa des cœurs brisés, les Princes de l’amour etc…) l’étudiant retrouve son fil d’actualité noyé par ces conneries. Tout comme sur les différentes chaînes TV, et préfère finalement regarder l’une de ces dernières plutôt que les fameux reportages d’Arte.

L’impact des soirées

Ensuite, au regard des nombreuses soirées d’un étudiant, on peut se demander si leur niveau intellectuel ne se dégrade pas au fil de celles-ci. En effet, après avoir été bizuté au WEI, cassé des tables avec son front, mangé des poissons crus sauce samouraï etc, il devient finalement banal de se retrouver devant La villa des cœurs brisés.

Aussi, certains nous ont confié avoir beaucoup appris grâce à ses émissions, notamment en matière de séduction. Techniques qu’ils n’hésitent pas à employer en soirée pour ramener leurs crushs, qui après avoir été si naïves, le sont logiquement encore pour regarder ces émissions non-stop le lendemain.

Des journées épuisantes

Nous avons recueilli le témoignage de Lucas, étudiant de la Weller Business School : « C’est vrai qu’à la fin de nos journées épuisantes, on a besoin de relâcher la pression, notamment intellectuellement parlant. La téléréalité apparait donc comme une évidence pour cela. »  Et cela est encore plus vrai dans les écoles du fond de classement, avec des étudiants qui veulent « s’évader un peu », ailleurs que dans leurs villes mornes (Rouen, Metz, Dijon etc…)

Une vocation pour certains

Pour les meilleurs, cela en devient même un projet de vie. C’est le cas d’un étudiant de Kedge qui, après avoir passé sa scolarité à regarder ses idoles, s’est lancé dans l’aventure de Secret Story ainsi que Moundir et les apprentis aventuriers : « Après avoir été président de l’asso qui s’occupait du recyclage de l’école, je me suis dit que j’avais assez de charisme pour faire de nouveau rêver les étudiants. De plus, le fait d’avoir été sur le campus de Marseille a été une réelle chance pour moi, j’ai pu développer un lifestyle qui plaît aux Français. »

#LibérezNabila

 

Quentin

Publicités

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :