Publicités

Le Pôle Enfumage

Le pôle enfumage

« Ouf ! » as-tu pu te dire en intégrant le monde des associations et projets de ton école, véritable petit laboratoire sociologique à lui tout seul. Finis les sourires hypocrites, les haut-le-cœur et la surinterprétation de chaque faits et gestes des membres de ton asso’ de rêve. Ce supercalculateur d’émotions qu’était devenu ton cerveau a donné tout ce qu’il avait et a pu rebasculer en mode avion. Ou du moins, pas tout à fait car en intégrant ce microcosme, tu dois t’adapter à son fonctionnement. Tu as donc peut-être pu observer les agissements d’un petit animal aussi rusé qu’expert en touchette intellectuelle. Récit. 

« J’ai réu’ ». Voici une phrase que tu entends et entendras souvent durant tes années d’école. Elle pourra aussi bien être prononcée par cet étudiant époustouflant de sérieux que par ton joyeux compagnon de glande avec lequel tu entamais gaiement une séance d’hélicobite plein de gerbe 48h avant les résultats d’assos. Surtout qu’elles sont capitales (les réunions), te permettant de rendre des comptes à tous les membres de l’asso’ (présents*) chaque semaine.

Tu as donc sûrement pu entendre de très jolies phrases, à prononcer sur fond musical de pipeau en branche, notamment de la part du petit animal connu sous le nom scientifique de Polus Partenarius (= pôle Démarchage ou Commercial dans certaines écoles). Ce petit animal tchatcheur et futé est capable d’émettre toutes sortes de sons quand il se sent en danger, tels que le seul, l’unique et magique « Je les ai contactés il y a une semaine, j’attends la réponse ». Lorsque ce cri est poussé, plusieurs interprétations peuvent en être faites :

La cible a bel et bien été contactée dans les termes décrits par le cri (cette hypothèse représente un pourcentage faible de Polus Partenarius)

La cible a été contactée environ 5 minutes avant émission du cri

La cible a été contactée il y a deux semaines, auquel cas le délai réel ne doit pas être dévoilé, sous peine de devoir relancer la cible et d’émettre un autre cri, audible sous la forme suivante « ça fait 5 fois que je les relance, ils ne me répondent toujours pas »​

La cible n’a jamais été contactée mais « insha’Allah t’inquiète on s’fait ça »​

Polus Partenarius ne sait même pas de quelle cible on parle

Cet animal intrépide peut se tirer de situations franchement embarrassantes grâce à l’habileté physique de son clic ou de ses phrases acérées pour éviter les conversations embarrassantes.

Vous l’aurez compris, bien mal en aura pris aux associations désormais dotées d’un pôle Partenariat un brin charmeur. Si cette faculté (charmeur, suis un peu) peut s’avérer redoutable face à des entreprises de plus en plus lucides sur les réels bénéfices que peut représenter une masse d’étudiants (ô combien stimulés en travail), elle peut également se retourner contre l’asso’ elle-même… Mais Polus Partenarius a conscience de ses tâches et même s’il est un procrastinateur efficace, il va devoir ruser. Une des pratiques les plus couramment utilisées est la valorisation du travail minimum. En d’autres termes, quand le cri : « J’ai rempli une quinzaine de lignes avec de bons parteuh potentiels assez chauds, j’y ai joint leur contact » est poussé, la traduction humaine est « J’ai copié-collé des numéros de téléphone (dont des numéros « 08 » coûtant un PIB/minute) trouvés en 34 secondes sur Google, avec des noms inconnus et la plupart des entreprises dont je n’ai jamais entendu parler ».

Malgré ses failles, Polus Partenarius a de beaux jours devant lui et n’est nullement menacé d’extinction : tant que les assos auront des marchés, il ira tchatcherdémarcher.

Pierre-Baptiste

Publicités

2 Commentaires

  1. frisk_13 dit :

    Intox ? Ou il y a une part de vérité… car c’est vrai que c’est un peu le ouaille….

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :