Marseille gagne le WEI (partie 2) : WEI’ting for you

21706900_10210486751305234_523434340_o

Yallah habibi, en route pour un WEI de folie ! Tu es désormais dans ton bus de l’ambiance (ou pas d’ailleurs) tu as mâché ton oignon, été attaché(e) à ton partenaire gêné/gênant, dormi, chanté, raconté une blague moisie écorchant déjà ta réputation. Tu commençais à peine à vraiment te reposer durant ce trajet de 5h que déjà, tu arrives dans la commune des nudistes, des échangistes et des beaufs.

C’est sous un joli soleil (regretté l’an dernier) que tu récupères ton WEIcome Pack composé entre autres d’un pack de crèmes de soin (tu comprends pourquoi à la fin du séjour), d’une boîte de protège-penny (que tu n’as pas ouvert, on continue le combat) d’une perche à selfie qui n’en prend pas et d’un foulard aux couleurs euromédiennes.

Puis tu découvres ta cabane au fond du jardin avec tes 5 petits camarades : fauteuils chesterfield, cuir alcantara, marbre au sol, ventilation, jeux de lumières, billard et spa, tu ne sais plus où donner de la tête. Tu dois rapidement reprendre tes esprits si tu ne veux pas passer tes nuits sur ce sublime petit lit-couchette aussi confortable qu’une droite du AREM.

 

Marseille, c’est pas Gijon ou Valladolid

 

L’après-midi, place au « sport » avec les Olympiades minutieusement organisées, étudiées, testées et approuvées par le BDS. « Nous avons sillonné la France, écumé les magasins spécialisés pendant un mois afin de trouver la fibre répondant à nos critères pour l’épreuve du tir à la corde » nous confie V. Leblond, ingénieur Olympiades.

Certaines équipes n’avaient pas fini d’essuyer encore quelques défaites que déjà, la finale opposant la meilleure équipe de Marseille à celle de Bordeaux faisait rage autour du filet de volley. Elle n’aura d’ailleurs pas fait rage longtemps, tant la supériorité technique était au rendez-vous côté marseillais, en partie grâce à quelques volleyeuses pour le moins affûtées…

 

Après la TC, la TT… la FF

 

C’est aux alentours de 18h qu’une belle bande d’intellectuels torchés (certainement grâce à la bière gratuite sur la plage…) se trémoussait déjà devant le plus grand bungalow de Kedge BS Marseille. En effet, le Foyer (« Family »), grâce à des enceintes prêtées par le BDA, a pu s’imposer comme étant le Bungalow de l’ambiance pour les pré(pré)chauffes d’avant soirée. Des apéros qui ont eu le don de puiser dans les dernières ressources qu’ils restaient à certains… (photos ci-dessous)

Village des asso : 19h23

foyer party.png

Bungalow du Foyer : 22h04

Pensée pour notre brave compagnon parti trop tôt dans l’attente de sa femelle

graftt

 

T’entends du PMR

C’est alors que la soirée bat son plein que l’ « alerte généraaale ! » est donnée dans le camping : la sécurité, reconnaissable à son pull rouge « PMR » et son dégradé à blanc 3,5mm, est en route pour une énième confiscation générale d’alcool. Panique dans le village des assos : il faut agir, et vite. On remarque alors une organisation jamais observée pour les cours à Kedge, ainsi qu’une solidarité à toute épreuve. Malheureusement pour certains, il est déjà trop tard…

Heureusement des assos, comme le Foyer et Clepsydre, certaines techniques futuristes ont permis à certains de passer entre les mailles du filet pour le bien de l’ambiance… (vidéo ci-dessous)

 

Projet K

Heureusement, les pauvres petits sobres vont pouvoir diminuer leur frustration grâce aux bières à volonté proposées par le BDE, dont le quart se sera retrouvé par terre. Pour les plus frileux d’entre vous, un sauna était mis à votre disposition. Je ne parle pas du hammam disposé dans un château fort au design douteux, mais bien de la discothèque au son type « commercial » où la ventilation semble ne pas avoir été découverte, proposant une ambiance chaude dans tous les sens du terme.

Pour les personnes d’un état de type Resident Evil, 13OP et son homologue bordelais proposaient un set « tapage de pied » dont tous les tympans ne sont pas sortis indemnes.

 

Et la caution allez alleeez

 

Après ces soirées et leurs lendemains douloureux, les champions ont dû nettoyer le résultat de leurs festivités. Une tâche exécutée avec entrain et sérieux, jusqu’à utiliser du matériel de professionnel comme des lances à eau d’urgence. D’autres, moins téméraires, seront ravis de voir 90€ se rajouter à leurs frais de scolarité…

 

Les Vroum Vroum sauvages dans leur habitat naturel

vroum vroum

 

P-B
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :