« L’année à 26 348 euros est une option qu’il ne faut pas rejeter » selon T.Froehlicher

cj-annee-26-000eLe directeur de l’école de KEDGE BS pense au pire et souhaite être le plus transparent possible. Interrogé sur la possibilité d’augmenter les frais de scolarité, celui-ci s’est montré pessimiste. Pour lui, la hausse « drastique » du montant des frais de scolarité est une sérieuse possibilité. Retour sur les faits. 

 

Un entretien exclusif
Les yeux humides, les mains fermées et la goutte de sueur apparente, c’est un M.Froehlicher que nous connaissions très peu jusque-là qui s’est exprimé face à notre équipe de rédaction, dans les locaux de l’école KEDGE BS. Sa première annonce, la possibilité d’augmenter le montant annuel payé par les étudiants : « L’année à 26 348 euros est une option qu’il ne faut pas rejeter. C’est suffisamment dissuasif pour les élèves qui décident de sécher les cours et en même temps, c’est toujours accessible si les parents ne sont pas au chômage. L’objectif, c’est de faire passer le message suivant : « Si vous voulez sécher, vous en paierez le prix aux partiels mais aussi avec votre livret A », a expliqué le directeur.

« Un étudiant peut bien payer 500 euros pour sa liste et aller au Challenge »
Il a ensuite développé son argumentaire pour expliquer ce montant faramineux : « Nous sommes une école de renommée internationale, nous nous devons d’augmenter les frais ménagers pour entretenir nos locaux, de multiplier les cours permettant l’ouverture intellectuelle tels que « Penser autrement » et finalement, de poursuivre les achats indispensables à la vie étudiante tels que du mobilier à 14465 euros ».
Enfin, M.Froehlicher clôt son argumentaire par la citation suivant : « un étudiant peut bien payer 500 euros pour sa liste, aller au Challenge, faire le « Rallye des Vin’4 heures » et/ou la « PacaWineTrip », tout ça en une année, alors il peut bien sortir 26 348 euros !».

Une volonté de s’enrichir sur le dos des étudiants ?
Fin de l’entretien. Une dernière question lui est posée en « off » avant son départ : « Qu’est-ce-que vous allez faire de tout cette oseille ? » à laquelle ce dernier nous répond par un geste étonnant en nous sortant des billets de 500 euros qu’il envoie aux cieux. Simple provocation ou réelle démonstration de puissance, l’entretien prit fin, et le célèbre directeur de l’école partit, les yeux secs, les mains ouvertes et la goute de sueur disparue.

La Delphes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :