« Shark It », la nouvelle association des chopeurs de soirée

Longtemps rumeur ou le fruit de bruits de couloir chuchotés à la sournoise, la nouvelle est maintenant officielle : une association de chope a vu le jour à Kedge BS. Depuis belle lurette les étudiants faisaient pression pour une telle création coquine, avançant l’argument d’un manque de places dans les associations mais surtout d’une perte de vitesse de nos galoches en soirée.

Retour sur une innovation associative des plus friponnes.

Une pédagogie exemplaire

Tradition des plus ancrées au sein de l’école à laquelle tient bon nombre d’étudiants, la chope à savoir la symbiose baveuse des langues dans les orifices buccaux est une science à ne pas prendre à la légère. Matthew Pechol, président de la baby-asso insiste sur le caractère formateur que son association va initier dans les mois à venir : « La méthode CAR, chasser-attraper-rateler est la meilleure méthode pour pratiquer une chope de qualité. Visez une belle cagette bien amortie par son before, prenez une bonne dose de vodka : la proie c’est comme un pokémon faut lui envoyer Sommeil et qu’il ait plus que 3PV, sinon même avec la Masterball, ça rentre pas. Ensuite entamez un petit rock des familles et normalement mam’zelle tombe dans vos filets sans coup férir. »

requin-blanc-6005

Viser l’excellence

La clé du succès ? Une palette de cours élaborée avec amour : Thinking Out of The Mouth, Gestion de validation et How To French Kiss The Miss, séances dispensées tous les mercredi midi à l’école. « Le bemmy à la maison » martèlent ainsi ses membres de façon presque mécanique : « de grands JMJV masculins ont marqué l’histoire de cette école, la création de cette association n’est qu’un humble hommage à leur courage d’autrefois. »

Thomas Frottelicher abonde en ce sens et précise : « L’équipe pédagogique et moi-même pensons qu’une chope rigoureuse vaut bien quelques cours de finance. Puis vous savez, dans mes jeunes années, y avait pas une gourgandine pour me résister ! Nos jeunes poulains doivent donc trouver leur voie, à 11 000 balles l’année, on peut bien leur laisser ce choix »

Des dérives cependant

Outre les MST finalement assez classiques au sein de l’école, se développe le phénomène inquiétant de la fessée. En effet, les jeunes mâles de l’école influencés par Shark It prennent l’habitude de petites fessées dispensées ci et là, à la sauvette… atterrissant des fois sur quelques nobles postérieurs d’enseignantes de l’école. Haranguée à ce sujet, l’association a assuré qu’elle prendrait des mesures en réaction mais se félicite toutefois de la hausse de la fécondité, jadis déclinante à la BEM, avec la naissance de 5 enfants depuis le début de l’année.

Pour une asso, on peut dire que ça claque !

Nicolas Noël
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :