Un étudiant retrouve une boulette de viande dans son plat de mouches

Stupeur et tremblement à Kedge Business School lorsqu’un étudiant a déclaré avoir retrouvé une boulette de bœuf dans son plat de mouches drosophiles. Un scandale alimentaire qui n’est pas sans rappeler le mondialement célèbre « Wormgate » qui a secoué l’école l’an passé. Retour sur ce drame inVERsemblable.

shutterstock_286917386

Pas de quoi prendre la mouche

12h30 – Edouard Ballamol n’en revient toujours pas. Alors qu’il mangeait péniblement son « plat du jour à 12€20 » (grâce à une opération promotionnelle), Edouard est tombé nez à nez avec une conséquente boulette de viande au milieu de son assiette de mouches et de mites alimentaires. « Elle était là, au beau milieu de la pile d’insectes morts » nous avoue-t-il avec dégoût. « J’ai d’abord pensé que l’école souhaitait légitimer la hausse des prix par un supplément protéines mais j’ai préféré rapporter le plat pour en avoir le cœur net » renchérit ce niçois scandalisé qui n’a visiblement pas froid aux yeux.

Effrayée, la cantinière émérite de l’école de commerce se défend tant bien que mal : « C’est bien la première fois que nous retrouvons de la nourriture comestible dans nos plats » balbutie-t-elle avant de reprendre : « Une étudiante m’a signalé la présence de champignons dans son bol de poils pubiens mais ça c’est inévitable non ? ». 

La Sodexo dans le viseur

Une fois la cantinière mise hors de cause, c’est vers la société productrice que les regards se tournent. Marie Bellejambe, responsable qualité et dératisation à Brignoles  nie toute responsabilité dans cette affaire : « A aucun moment dans notre chaîne de production nous n’avons recours à des produits alimentaires comestibles comme de la viande de bœuf ou toute autre forme de chaire animale d’ailleurs » affirme-t-elle avec force. « Nos plats sont composés exclusivement de pesticides, de fuel et d’acétone, mais jamais ô grand jamais nous n’introduisons des aliments digestes dans nos plats ! » ajoute-t-elle dans la foulée.
Rassurée par ces déclarations, la direction de Kedge Business School a annoncé avoir débuté une enquête disciplinaire en interne pour retrouver et moucharder le ou les individus à l’origine de ce scandale. La Direction Générale de la répression des fraudes a été saisie du dossier. Affaire à suivre…

Rémi Jallageas et Chris Sarkis

 

 

cj

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :