KEDGE GOT TALENT : La success story d’un Kedger autodidacte

Son nom est connu de tous les étudiants de l’école mais beaucoup ignorent encore ce qu’il fait réellement. JC Pieri se livre lors d’une interview exclusive et vous en dit davantage sur son parcours hors du commun. Retour sur ce vidéaste autodidacte made in Euromed.

Captain Jack : Salut JC, parle-nous un peu de toi !

JC : Salut, Je m’appelle JC Pieri, j’ai 25 ans et j’habite à Marseille. Jcpieri-9J’ai intégré Euromed il y a 6 ans après un bac scientifique et j’ai suivi le programme PMF (Programme Management Financier) que j’ai validé en trois ans avec la ferme intention de devenir gestionnaire de patrimoine. Mais c’est lors d’un stage dans une banque que j’ai réalisé que ce métier n’était pas fait pour moi… J’ai besoin d’être libre et de me déplacer, je dois être un peu hyperactif au final (rires) ! J’ai alors poursuivi mes études à Kedge en Master Sport/Event dans le but de créer mon entreprise d’évènementiel sportif. C’est chose faite en 2014 puisque j’ai lancé le Watsa Festival avec mon colocataire et ami Benjamin Aguad, un festival de musique électronique doublé d’une compétition internationale de BMX qui rassemble les meilleurs riders du monde ! Cette année nous avons annoncé la deuxième édition qui aura lieu du 11 au 14 Juin sur les plages du David.

Bien entendu tout ça ne sort pas de nulle part. Je pratique le bmx depuis mes 15 ans et je suis pro depuis quelques années. En fait c’est en faisant du bmx que j’ai découvert le monde de la vidéo : j’ai d’abord commencé par filmer mes amis en vélo, ce qui m’a aussi permis de commencer à voyager aux Etats-Unis par exemple et de rencontrer certains des meilleurs riders du monde. C’est un milieu qui m’a beaucoup apporté et auquel je dois beaucoup. Je me suis ensuite lancé dans d’autres projets vidéos tels que des clips de musiques ou des vidéos de soirées, un bon moyen de découvrir une autre façon de filmer.Tout cela s’est développé durant mes 5 années passées à KEDGE, et c’est au courant de mon master que j’ai compris que ma passion de la vidéo pouvait devenir pour moi un métier. En dehors de tout ça je suis assez sportif, j’occupe alors mon temps libre en faisant bien entendu du bmx, de l’escalade, du fitness, et de la boxe. Quatre disciplines très complémentaires que je prends très au sérieux car même si cela peut paraître bizarre pour certains, je dois faire partie des rares euromédiens qui ne boivent pas d’alcool et qui ne fument pas (rires). Mais c’est une hygiène de vie que je me suis imposée. Ne vous inquiétez pas, cela ne m’empêche en aucun cas de m’amuser ! Je voyage beaucoup, principalement grâce à la vidéo et au bmx. J’aime découvrir de nouveaux endroits, de nouvelles façons de vivre et rencontrer de nouvelles personnes. Un de mes plus beaux voyages a été celui que j’ai eu la chance de faire au Vietnam pour les 60 ans de mon père. C’est ce genre de pays qu’il est important de découvrir pour comprendre d’où on vient et qui on est réellement.

Captain Jack : Quelle est la particularité de ton parcours ?

JC : Il est vrai que je n’ai pas un parcours “typique” dans le sens où je n’ai pas poursuivi dans la voie de événementiel (mis à part le Watsa Festival). J’ai préféré m’investir à fond dans mon nouveau métier de réalisateur ! 559B1787

Même s’il est vrai que mes diplômes n’ont pas un rapport direct avec ce que je fais aujourd’hui, mes cinq ans passés à l’école m’ont permis de me créer un très grand et beau réseau d’étudiants et d’amis, qui pour la plupart travaillent aujourd’hui dans de grandes entreprises et me recommandent lorsqu’ils ont besoin de vidéos. Cela a donc été un très bon moyen de pouvoir travailler avec de grandes entreprises telles que Playstation, Carrefour, American Vintage et/ou encore d’avoir pu réaliser la pub Molly Bracken pour L’Amour est dans le pré qui passe en ce moment même sur M6. Je remercie alors tous ces étudiants et amis qui m’ont fait confiance.

J’ai fait l’erreur de ne pas m’investir dans la vie associative de l’école durant mes trois premières années. J’ai corrigé le tir en entrant en Master et j’ai donc participé deux fois au Challenge en tant que vidéaste, photographe et talent ! Des expériences fantastiques que je n’oublierai jamais.

559B8283Petite anecdote au passage, j’avais voulu la première année rentrer dans l’association Mars’Eyes mais je n’ai pas été accepté. Comble de l’histoire j’ai filmé l’année dernière le mariage de la fille qui m’avait refusé. Sans rancune car même s’il est vrai que j’aurais surement vécu une belle expérience, je crois au destin et je me dis qu’il y avait sûrement une raison à cela. Donc, un conseil, investissez-vous dans la vie de l’école mais attention pas trop non plus ! Il est vraiment essentiel d’avoir une vie en dehors de l’école aussi, de se créer un réseau à l’extérieur même si cela peut être difficile pour des étudiants qui ne sont pas du coin. Je vois parfois des étudiants qui ne vivent que pour l’école et je pense qu’il faut trouver un juste milieu. J’entends par là que, comme je l’ai dit auparavant, l’école peut vous proposer des choses que vous ne trouverez nulle part ailleurs, mais vous devez aussi vous créer votre propre expérience et surtout garder votre identité. C’est essentiel.

Captain Jack : Quels sont tes projets à venir ?

JC : L’année 2015 s’annonce plutôt chargée ! J’ai récemment réalisé le film promotionnel d’une entreprise créée par deux étudiants lyonnais et je m’apprête à monter à Paris pour réaliser une vidéo pour Playstation. J’essaye aussi de booker mes futures vidéos de mariage pour cet été, un créneau dans lequel je me suis lancé cette année et qui commence à pas mal marcher.

Par ailleurs j’ai deux autres projets qui sont à mes yeux très importants puisqu’ils vont me permettre de me lancer réellement dans ce que je souhaite : le cinéma. J’ai fini d’écrire mon court métrage, je dois à présent le proposer à des boîtes de production et, je l’espère, pouvoir alors trouver le financement pour le réaliser cette année. On m’a également demandé d’être le réalisateur d’une future série TV. Je ne peux pas vraiment en dire plus pour le moment car on va bientôt tourner le pilote qui va nous permettre de vendre la série ensuite à une boite de production. Ce projet sera probablement le projet de l’année pour moi et ma chance de faire un premier pas dans le monde du cinéma.

En attendant je prépare la deuxième édition du Watsa Festival avec mon coloc’ et cinq autres étudiants de l’école. C’est un projet qui demande beaucoup de temps mais qui est très excitant. Je vous donne aussi rendez-vous ce samedi 7 février 2015 au Palais de la Bourse pour l’événement la Nuit des Talents. Je vais y exposer mes vidéos ainsi que des photos de behind the scene. Ca va être un super événement dans lequel plus de 300 jeunes artistes vont exposer leur travail. Je pourrai alors vous rencontrer et répondre à vos questions.

Rémi Jallageas

Publicités

2 Commentaires

  1. Anonyme dit :

    Article au top !

    J'aime

  2. Anonyme dit :

    « Connu de tous » je suis peut être pas tout le monde alors. Bref, nice job.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :