48h avec la team Kedge que je sais vraiment

 Kedge a participé au tournage de l’émission de culture générale « Qu’est-ce que je sais vraiment ? » de M6 avec Karine Lemarchand et Stéphane Plazza, les 3 et 4 Novembre derniers. Les 44 valeureux compagnons de la délégation marseillaise ont traversé en 48h, des moments d’effervescence, d’appréhension, de fous rires, de déception un peu aussi, mais toujours dans l’indétrônable ambiance kedgienne. Récit.

 

Le lundi c’est parti !

Entre deux allers-retours Marseille-Paris, les courageux Kedgers ont tenu leur rôle sans discontinuer. Après une nuit dans un car, arrivée à 10h à Paris le lundi 3. On pose les affaires à l’auberge, on se repoudre le nez (on va passer à la télé quand même) et on repart aussi sec, hop hop hop ! Dans l’métro au p’tit trot ! On arrive au studio M6 et la pression monte d’un cran. On enfile un T-shirt Kedge, on est passé au crible (et oui pas d’appareils électroniques autorisés sur le plateau) et on nous fait entrer sur les gradins du plateau.

Jade - Photo secondaire 2Fidèles à leur réputation, les Marseillais ont enflammé les gradins estudiantins avant même que le tournage n’ait commencé. Il a fallu rejouer certaines prises et nous faire taire
parfois tellement nos chants euromédiens occupaient tout l’espace sonore ! Il paraît que même Stéphane Plazza n’avait jamais vu ça. Il a dû moins rigoler quand il a vu débarquer les Kedgers bordelais, tout aussi chauds, après une première session de 7 heures mouvementées.

La déception de cette émission (il en fallait bien une) c’est le thème des questions : le code de la route, en partenariat spécial avec le code Rousseau (s’il vous plaît). Il y avait ceux qui préparaient justement le code et il y avait tous les autres, ceux qui s’accrochaient quand même, vaillants, et ceux qui se sont un peu fait chier. Vous vous souvenez, 1h au code c’est long, 2h et la plupart sature. Alors imaginez 7h… Autre petit détail : aucune pause pendant l’émission, au grand dam des clopeurs, des estomacs vides et des vessies pleines.

Mais il en faut bien plus pour décourager les Kedgers. Tous ont fait face aux longs trajets en car, aux contraintes du plateau, au manque de sommeil, à la pluie parisienne diluvienne et avec bon esprit (et bon esprit et bon espriiiit et bon-es-prit ♫♪). Et puis on a bien ri avec les autres étudiants qui ont su répondre à nos chants : il y avait les infirmières « on va vous piquer ♫♪ »,  les ingénieurs « on va vous niquer ♫♪»,  les BTP « la la la la la la ♫♪ » *dans les limites de leurs vocabulaires respectifs (trololo).

Heureusement vers 18h30, l’émission se termine. Nous sortons du studio accueillis par les Bordelais, chauds comme la braise, qui sont là pour le deuxième round. « Marseille – Bordeaux – La partouse ! ♫♪»

 

Petite soirée en amis

Après tant de ferveur, il est temps pour nous de passer à un apéro bien mérité ! A l’auberge de jeunesse, l’ambiance est franchement chaleureuse : quelques jeunes étrangers par-ci par-là, beaucoup de marseillais, un décor branché et de la bonne musique dans un bâtiment design quartier Jaurès. La vue sur un canal parisien bordé d’arbres en prime (photo).

Chacun savoure cet instant de détente attablé au restau-bar de l’Auberge (photo). La soirée se poursuit dans les chambres de 10 potes et là… enfin vous savez quoi, les soirées de kedgers avec des gens bourrés qui se tapent la tête contre des barreaux en fer et veulent tout balancer par la fenêtre, les cartes magnétiques, les chaussures, les bouquins qui trainent et même le matelas de leur pote ! « Adam Smithhh disait… que le libéralisme… ça dégage ! » comme dirait Kévin Taullé.

 

Jade - Photo principale centrale

 

Une émission fabriquée de toutes pièces

On a découvert les rouages et les p’tits trucs du plateau. On a d’abord été frappé par le décor, si élaboré à l’écran, il est en fait constitué de plastiques et de contre-plaqués qui donnent l’impression d’avoir été montés en 4ème vitesse sur des échafaudages fragiles. Mais le jeu de lumière donne l’illusion d’une construction en dur toute de verre et de métal.

Autre surprise quand la tant attendue présentatrice Karine Lemarchand entre en scène, elle est en petite robe noire et… baskets fluo ! Elle passera la quasi-totalité de l’émission comme ça, les pieds malicieusement cachés par un pupitre à fond noir. Et oui nous explique-t-elle, elle a 14h d’enregistrement à réaliser d’une traite (2 émissions), ses pieds ne tiendraient pas le choc en talons. Le moment venu, 2 assistantes accourent lui mettre ses talons aux pieds, si si. Pépouse Karine.

Mais la supercherie la plus habile reste celle-ci : avant l’émission, un animateur que vous ne verrez pas à l’écran nous entraine à suivre ses gestes. Il nous fera des signes tout au long de l’émission, dans un angle mort des caméras pour nous signifier qu’il faut applaudir, taper en rythme, rire, siffler ou se taire. Au milieu de l’émission, plusieurs fois on nous demande d’applaudir de toutes nos forces pour l’enregistrement. Juste pour recoller ses images d’applaudissements intensifs à divers moments de l’émission. Pensez-bien que l’émission aura en réalité duré 7h et que les étudiants ont fini par se lasser d’applaudir bruyamment toutes les 2 min. L’émission qui passera à la TV sera en fait un savant montage de prises et de moments coupés et recollés les uns aux autres pour donner un concentré de bonne ambiance et d’enchainement de répliques et d’applaudissements. Ne vous méprenez pas quand vous regarderez la diffusion, certaines blagues des présentateurs… sont en fait tombées à plat ! Et oui, j’aimerais bien vous en dire plus mais j’ai signé une charte de confidentialité.

 

Un chauffeur charismatique

 Mais je ne peux finir cet article sans évoquer notre fantastique chauffeur, Marc. 60 ans et toujours beau gosse, Marc nous a offert 13h de one man show au retour. Notoirement connu pour sa ponctualité et ses goûts en matière de DVD : Mado la Niçoise ou du porno, Marc excelle dans l’art de conter la blague de cul au dénouement parfois improbable ou énigmatique. Ma préférée, l’une des seules que j’ai comprises, c’est la plus sobre : « Pourquoi les grenouilles ont toujours le cul dans l’eau ? »

« Pour avoir la rénette ! »

Chacun a eu droit à son horoscope version kamasutra et à sa position préférée selon sa date de naissance. Des moments comme ça, ça n’a pas de prix !

 Un grand merci à Clepsydre qui a tout organisé et à Stéphane Plazza pour son striptease chut ! On n’a pas le droit de le dire !

Diffusion le jeudi 4 décembre à 20h50 sur M6

 

Jade Heyman

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :