Descendre à Peixotto et prendre un bus ou continuer jusqu’à Doyen Brus et marcher jusqu’à l’école ?

Depuis leurs oraux d’admission jusqu’à leurs derniers partiels, ce dilemme, pardon, ce choix cornélien, s’est posé, se pose et se posera à tous les Kedgers du campus de Bordeaux. En effet, si l’on se pose bien la question, y trouver une réponse permanente n’est pas chose facile.

10833975_10204271386256525_1836198465_n

 Quelques réflexions courantes et pourtant interminables

Descendre à Peixotto pour emprunter un bus jusqu’à l’arrêt École de Management vous fera arriver à l’école plus rapidement qu’en continuant en tram jusqu’à Doyen Brus. Mais que faire si aucun bus ne se pointe à l’arrêt Peixotto ? Ce problème se résoud assez facilement en adoptant le deuxième choix, celui de préférer Doyen Brus et un petit bout de chemin à pied ensuite. En effet, utiliser deux moyens de transport différents au lieu d’un seul augmente le risque que votre déplacement soit stoppé par un problème d’ordre mécanique, logistique ou accidentel. Il y a, d’ailleurs, plus d’accidents de bus que de tram, puisque la route est moins sûre qu’un chemin de fer. Oui mais voilà. Vous n’avez pas toujours une avance et vous être même souvent en retard. Et même si par miracle vous n’êtes pas en retard, vous préférez arriver en avance histoire de boire un bon petit café.

Ça y est, vous venez de tomber dans ce problème cyclique, qui vous fait préférer le moyen de transport A au moyen de transport B lorsque vous aviez préféré B à A juste avant. Il découle de cette analyse deux choses : l’arbitrage entre Peixotto et Doyen Brus se fait en termes de rapidité mais aussi en termes de sûreté. La notion de rapidité semble plus appropriée pour Peixotto et celle de sûreté pour Doyen Brus, mais comme nous venons de le voir, l’inverse peut aussi se produire, les deux moyens de transport étant vulnérables aux inconstances et aux arrêts non prévus en plein milieu de la voie ou de la route. Ces discussions de comptoir, vous l’aurez remarqué, ne font pas vraiment avancer le schmilblick. Et ceux qui sont en charge des trams et des bus, qui connaissent mieux que quiconque la réponse à notre dilemme, que nous conseillent-ils ?

 L’enquête qualitative

 Les noms ont été volontairement changés afin de ne pas révéler la vraie identité des interviewés qui ont le droit à l’anonymat.

C’est par l’interview du personnel impliqué dans la gestion du trafic de Bordeaux et de Talence que notre enquête commence. Nous avons d’abord interrogé M. Allé Juppain, responsable de la création du réseau TBC : « Je n’en sais rien, je ne vais jamais à Talence. » Incapables de trouver une réponse en Aquitaine, c’est alors que notre enquête s’est retrouvée propulsée dans les plus hautes sphères de la République française. M. Hançois Frollande nous a confié, l’air indécis et stressé, après avoir vérifié que personne ne nous entendait : « Je n’en sais rien, je ne vais jamais à Bordeaux. » Nous avons alors eu l’idée de questionner son prédécesseur, M. Sircolas Narkozy, bien habitué à Bordeaux, à sa Place de la Bourse, à son Miroir d’Eau, à ses Vins, à son Tribunal Correctionnel. Il n’a pas directement répondu à nos questions, il s’est en fait hâté de nous conseiller : « Plaignez-vous, manifestez contre ce réseau indigne ! La France doit savoir qu’Allé Juppain n’est pas capable de diriger une ville, alors imaginez un pays ! »

 L’enquête quantitative

 Nous avons utilisé un panel représentatif de Kedgers sous le choc après le dévoilement du classement du Figaro 2014.

 100% des sondés ont répondu « Je ne sais pas » à la question « Doyen Brus ou Peixotto ? »

100% des sondés ont répondu « Je ne sais pas » à la question « Peixotto ou Doyen Brus ? »

50% des sondés ont répondu « non » à la question « Oui ou non ? »

0% des sondés ne se sont pas prononcés à la question « Peixotto oui ou merde ? »

0% des sondés ont réussi à nous indiquer comment repartir de l’école : « Marcher jusqu’à Doyen Brus et prendre le tram B ou prendre le bus et descendre à Peixotto ? »

 Un bilan incomplet mais optimiste

Déçus de nos enquêtes, nous avons décidé de jouer le tout pour le tout pour demander à celui qui s’est posé le plus de fois la question, M. Fromas Thoelicher. Il nous a répondu de la manière la plus sobre et la plus inventive : « Create, Care, Share. » S’il est impossible de donner une réponse à ce problème en termes de rapidité et de sûreté, alors peut-être faut-il se poser la question en termes d’éthique. Vous ne faites pas assez de sport ? Préférez Doyen Brus, cela vous fera marcher un peu, vous verrez, c’est bon pour le cardio. Vous aimez rencontrer beaucoup de monde ? Changez  à Peixotto, vous vous retrouverez, grâce à la cohue, avec d’autres personnes dans le bus. Vous pensez beaucoup à l’écologie et aux pauvres petites espèces en voie de disparition qui vivent à 5000 km de chez vous ? Préférez Doyen Brus, le tram est un moyen de transport beaucoup plus écolo que le bus. Vous êtes très généreux et vous voulez désemcombrer le tram pour permettre aux vieux de s’asseoir ? Sortez et prenez un bus à Peixotto.

Et le Vcub, on en parle ?

Clément Da Costa

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :