SCOOP : l’usage de la calculatrice légalisé pour choisir son université partenaire

C’est un vent de changement qui souffle aujourd’hui sur Luminy : se conformant à une directive européenne, Kedge BS a entériné un nouveau droit académique pour les étudiants, celui de pouvoir choisir son université partenaire en utilisant une calculatrice. Décryptage

Une reconnaissance attendue… 10171781_756884254377580_8379438037084777277_n

L’usage de calculatrice durant la sélection Study Abroad représente un problème disciplinaire d’envergure depuis de nombreuses années, comme chacun le sait. Afin de normaliser cette pratique autrefois marginale, le pouvoir en place a décidé de la reconnaître publiquement. Désormais, les étudiants pourront calculer les covariances d’universités étrangères afin de mieux appréhender le risque qu’ils prennent en s’y inscrivant, mais aussi le retour sur investissement qu’ils peuvent espérer d’un tel voyage. Et tout cela, désormais au grand jour. Cette décision est une petite victoire pour les anciens étudiants, ayant été privés d’affection au motif de tricherie aggravée par l’usage d’une calculatrice. A l’époque, la position officielle était que le choix devait se faire selon l’affect, et ne pas répondre à des critères rationnels tels que le coût de la vie ou encore le classement académique.

… Qui encadre plus qu’elle ne légalise

Parmi les étudiants de sortie dans le hall B pour exprimer leur joie, certains relativisent tout de même, tel que Valentin G. qui déclare « même si les calculatrices standard sont autorisées, il nous sera toujours impossible d’utiliser la fonction « racine culturelle » afin de calculer notre comptabilité avec un potentiel futur pays d’accueil. Et en ça, c’est toujours un problème». De fait, par manque d’information de ce genre, nombreux sont les Cesemeds à avoir été affectés … Au zéro absolu. Joint par Minitel, notre expert en SAS affirme que seuls les élèves d’un niveau CASIO quasi-opérationnel en mathématiques appliquées pourront profiter de cette nouvelle disposition.

Vers un futur palier technologique ?

Cette réforme bienvenue pourrait cependant en cacher d’autres. Selon les spécialistes du sujet, il se pourrait que pour les prochaines sélections, les étudiants bénéficient de documents permettant de simuler l’épreuve tant redoutée, d’authentiques « corrigés » qui permettraient de connaître exactement ses points forts et faiblesses à l’avance. Grâce aux progrès de l’informatique et à l’efficacité technologique de Kedge BS, ces corrigés pourraient atteindre un niveau de fiabilité jamais vu de l’ordre de 60%. Ainsi, en se basant sur ces documents numériques, les élèves pourraient savoir avec une précision de plus d’une chance sur deux ce qu’ils pourront obtenir le jour J. Captain Jack surveillera de près l’évolution de ces tendances. Dans l’immédiat souhaitons bonne chance aux as du calcul mental qui joueront à la roulette russe à 5 balles dans le barillet pour espérer décrocher le tant désiré sésame.

Axel G.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :