Il fait une descente d’organes après avoir mangé un sandwich de la Sodexo

mal

Marseille – C’est une histoire qu’on préférerait être une blague. Mercredi midi, un étudiant a bien failli perdre la vie après avoir ingurgité un sandwich de la Sodexo à la cafétéria de l’école – un drame qui n’est pas sans rappeler les différents scandales qui entourent le géant de la restauration. Reportage.

Une expérience douloureuse

Emmanuel Garrouteigt n’en était pourtant pas à son premier coup d’essai « C’est toujours une expérience douloureuse, mais à chaque fois j’y retourne… c’est plus fort que moi, c’est comme les soirées au One Again ou le grec de la rue Saint-Saëns » nous confie ce multirécidiviste plein d’amertume. Mais chaque fois c’est la même déception, la même honte et la même nausée qui reviennent invariablement comme un mauvais refrain de Kenza Farah. « J’ai perdu deux dents lors de la première bouchée et grillé tous mes sinus lors de la deuxième. J’ai su à ce moment-là qu’il se passait quelque chose d’anormal » poursuit l’étudiant abasourdi. Mais les choses vont prendre une toute autre tournure lorsque « Manu » décide à contrecœur de poursuivre cette audacieuse dégustation : « En plus de la nausée habituelle, j’ai senti que mon estomac se liquéfiait peu à peu… mes lèvres s’écumaient et mon palais se disloquait à mesure que j’avançais dans mon entreprise» déclare la victime, groggy sur son lit d’hôpital.

Une véritable épidémie

Malgré cette triste mésaventure, Manu remercie sa bonne étoile « Dans mon malheur j’ai tout de même eu de la chance de m’en sortir, c’est un véritable don du ciel». Le monde médical en émoi n’a pas tardé à monter au créneau : « Nous avons administré un échantillon du sandwich « thon crudités » de Julien à des rats ainsi qu’à des mouches drosophiles, les pauvres bêtes ont succombé dans d’atroces souffrances » affirme un Professeur reconnu de l’Hôpital Nord. Pour l’administration de Kedge, ce drame kafkaïen n’a rien d’une malheureuse coïncidence : « Si vous souhaitez torchonner quatre bons vieux euros dans un quignon de pain rassis, une feuille de salade et du caoutchouc radioactif, la Sodexo est là pour se charger de l’escroquerie » déclare un membre de l’administration à visage couvert. 

Dépourvu de ses organes, Manu peine encore à savoir comment il financera ses rattrapages de Décembre prochain… Affaire à suivre

Rémi Jallageas

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :