Désespéré, un étudiant tente de mettre fin à ses jours en remplissant son ProActEmploiRoadBook (PAER)

Vendredi. 14h33. Rémi reçoit son 44ème mail lui rappelant qu’il doit impérativement remplir son PAER d’ici minuit. « Au calme, ça doit pouvoir se faire en une demi-heure, #ataraxie » pense-t-il alors, décidemment bien loin d’imaginer le calvaire qu’il s’apprêtait à endurer. « Je me suis connecté vers 18h, pensant boucler l’affaire en trente minutes », témoigne le poète en herbe… Un excès d’optimisme qui va très vite laisser place à une interminable descente aux enfers…

Savoir-faire, savoir vivre, ++ et – – 

Déterminé à en finir avant la finale de Koh-Lanta, le Jallageas s’efforce de répondre au plus vite à la multitude de questions imaginées par les concepteurs géniaux de l’interface Be&You. L’exercice consiste à évaluer ses capacités en cochant des + ou des – en face de chaque proposition. Dieu seul sait qui a eu l’idée de conceptualiser une liste aussi exhaustive et pertinente de termes qui n’ont absolument aucun rapport les uns avec les autres. Passons. 30 minutes plus tard, le rédacteur en chef croît en avoir fini. « Ça se fait paisiblement, ce n’est pas si terrible » ose-t-il, visiblement sincère dans sa déclaration.

 Le début de la fin

 Alors qu’il s’apprête à quitter sa session, il remarque que le questionnaire comporte plusieurs pages. Volontaire, il décide d’y jeter un œil. Témoignage.

« Cette fois, au lieu d’évaluer nos savoir-faire, nous étions invités à justifier certains aspects de notre personnalité. Tout a basculé lorsque qu’après 4 heures d’efforts intenses, la fameuse question « Quelles actions comptez-vous entreprendre pour réduire l’écart entre la valeur cible pour ce critère et son évaluation aujourd’hui ? » survint. « Au début, c’est sympa, mais lorsqu’on se rend compte qu’on a répondu à la même question une bonne quinzaine de fois depuis le début du questionnaire, ça ne fait plus rire personne ».

 L’administration en ligne de mire

L’étudiant, toujours irrité par cette mésaventure, entend faire part de son mécontentement auprès de l’administration. « BeYou, c’est comme un cours d’OB. C’est sympathique les premières minutes, jusqu’à ce qu’on se remémore que l’on débourse des sommes à quatre chiffres pour les écouter… ».

Marc Kolta

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :