Une assiette au self pour moins de 39 euros ? C’est tout à fait possible !

Voilà qui devrait faire taire tous les mécontents se plaignant des tarifs soi-disant trop élevés pratiqués par le self de Kedge Business School. L’administration de l’école de commerce, qui a fait récemment l’objet de vives critiques de la part de ses propres élèves, prouve qu’au moins une de celles-ci ne relève que de leur mauvaise foi.

En effet, l’un de nos jeunes stagiaires, que nous nommerons ici Martin, s’est infiltré dans l’école pas plus tard que la semaine dernière, dans le but de vérifier les accusations des élèves frondeurs. « J’ai réussi à manger à Kedge pour exactement 38.99 euros », précise Martin. « En entrée, j’ai choisi une petite assiette de taboulé pour 9 euros. Je me suis même fait plaisir en rajoutant un gazpacho andalou pour à peine 6 euros. En ce qui concerne le plat principal, j’ai demandé à la cantinière un steak haché accompagné de légumes verts. Cela m’a coûté 11 euros, plus une sauce ketchup pour même pas 3 euros. Le kiri ? 4 euros. À cela rajoutez une compote de marque à 6 euros et un morceau de pain aux céréales à 2.99 euros. »

CQFD. Il est donc bien possible de manger à Kedge pour moins de 39 euros, n’en déplaise aux élèves pleurnicheurs. « Il est évidemment possible de manger pour beaucoup plus cher », rajoute Martin. « Si les élèves se plaignent du prix trop élevé d’un repas, c’est surtout parce qu’ils sont trop gourmands ou parce qu’ils avancent un repas à un ami ayant oublié sa carte bleue. C’est peut-être, aussi, parce qu’ils se payent le luxe de louer pour 20 euros une table du réfectoire et qu’ils incluent ce coût dans le prix total du repas… »

Notre enquête n’aurait cependant pas été totalement exhaustive si nous n’avions pas demandé l’avis de l’administration. Un de ses membres, qui a souhaité rester anonyme, nous confie : « Kedge est une association à but non lucratif, très attachée à son ouverture sociale et au principe d’égalité entre ses élèves cher à la République française. Par conséquent, nous ne saurions exiger d’eux un effort financier supérieur à leurs capacités respectives. De plus, nous nous engageons, dans les trois mois, à baisser le prix du sandwich à 25 euros pour les élèves boursiers justifiant de l’échelon 6 au minimum. »

De quoi raviver l’image de l’école auprès des élèves, des parents mais aussi des instituts de classement annuel des business school françaises.

Clément Da Costa

 

Publicités

1 Commentaire

  1. Anonyme dit :

    Faites vous restaurer par Compass ^^

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :