Le communisme est-il mort ?

Le 18 Février dernier, Clepsydre avait l’honneur de recevoir Patrick Appel-Muller, directeur du quotidien L’Humanité. Une note rouge dans notre école de commerce le temps d’un échange. Une invitation au débat intellectuel et pas tant idéologique finalement, qui vient honorablement rééquilibrer la balance politique des conférences Clepsydre.

Le communisme n’est pas mort, il a pris des ramifications, des tournants, des évolutions. Il s’est divisé, unis, il a vieilli peut être. Il apporte une vision neuve aussi sur certains angles politiques, mais aussi philosophiques et sociologiques.

De quoi part une idéologie ? D’un idéal. Le communisme est un humanisme. Il place l’homme au centre de toutes valeurs, dans un champ d’égalité, de solidarité et de volontés unies. Pour autant la communauté prévaut-elle sur l’individu ?

Non, M. Appel-Muller nous expose une vision du communisme qui intègre l’individualité. Il insiste sur la nécessité de différencier collectivisme et communisme, il ne s’agit pas d’écraser les individus derrière une notion du collectif.  En ce sens le collectivisme est mort, celui de Staline, de Kim Jong-un, et de toute puissance autoritaire qui a démontré au cours de l’Histoire une volonté de plier l’homme et non d’accomplir son épanouissement et qui a véhiculé une image du communisme qui s’éloigne substantiellement de sa fin.

(Patrick Appel-Muller, DG actuel de L’Humanité. Né en 1959,  il milité activement pour le Parti Communiste dans les années 1970 – 80. Il entre en 1983 à L’Humanité et est nommé en 2008 à la tête du journal.)

Le communisme a un avenir tant qu’il se fait le porte-voix des luttes sociales, des alternatives à la société actuelle. Concrètement il est sain pour l’exercice démocratique et le renouvellement des débats qu’un tiers, un acteur politique extérieur à l’exercice du pouvoir exprime des remises en question du système actuel, le poussant à s’améliorer. Et pour nous citoyens, tout être humain qui participe au lien social même s’il se désintéresse à l’acte de voter, il est bon qu’il ait accès à des opinions différentes et qu’on l’appelle à réfléchir. Les acteurs de la mouvance communiste ou syndicale participent de cette mise en abîme aujourd’hui et sont amenés à perdurer tant qu’ils remplissent ce rôle nécessaire.

« Le communisme aspire plus à libérer le travail de ses contraintes que de se libérer du travail, car le travail est vecteur de libération et d’épanouissement. » P. Appel-Muller

Patrick Appel-Muller encourage les mouvements en Amérique latine qui viennent succéder aux régimes militaires. Ce sont pour lui des formes de communisme qui s’ignorent : elles transforment la société pour y insuffler une protection des ressources naturelles et de l’homme et en cela correspondent à la fin communiste. Il ne s’agit pas de créer un homme nouveau mais de créer des relations nouvelles entre les hommes, de permettre à l’humanité d’épanouir les capacités qu’elle a en elle.

On vivrait dans une sorte de « préhistoire » de l’humanité où l’on ne développe pas les meilleures qualités en l’homme et qui devrait se clôturer par une « évolution révolutionnaire ». Ah, il n’est pas question ici de Révolution avec un grand R. L’évolution annonce quelque chose de plus progressif, de la transition. Déconstruire ou faire évoluer ? L’objectif reste de dépasser le système capitaliste mondial et cela relèverait plus de la déconstruction, de la rupture que de l’évolution.

« L’avenir de l’humanité ne réside pas dans l’exaltation de la concurrence » selon P. Appel-Muller, et c’est l’idée qui définit pour lui l’idéologie communiste qui se pose comme principe l’égalité entre les hommes. Elle se construit en opposition au capitalisme dont les logiques « appellent à son dépassement » : la surexploitation, la surveillance excessive, des mécanismes qui entretiennent des inégalités. Elle « fait de l’humanité le but même de la société quand le capitalisme se met pour objectif la production du profit maximum » affirme le directeur de L’Humanité.

(L’Humanité, comme les autres journaux a vu sa diffusion baisser depuis 1945. Le quotidien s’écoule à 48 000 exemplaires aujourd’hui. La particularité de L’Humanité est qu’il n’a pas d’actionnaires, pas de ressources de recapitalisation autre que le lectorat. Il reçoit une aide de l’Etat : 6 M€ en 2012.)

L’animateur Clepsydre évoque plusieurs fois l’ « extrême gauche » associée au communisme mais l’intervenant préfère la formule « front de gauche », c’est-à-dire au cœur de la gauche traditionnelle, celle de l’époque de Jean Jaurès aux années 80, qu’il différencie aussi de la gauche socialiste dont on peut aujourd’hui douter de la position à gauche en effet, au regard de la continuité des présidences (cet avis est purement objectif. Promis juré).

Le Parti Socialiste dénombre 174 000 adhérents pour 138 000 au Front de Gauche. L’écart n’est pas si grand. Pourtant ce dernier est sous-représenté à l’assemblée nationale comparativement. Il existe une forme de bipartisme en France dont les effets collatéraux sont selon Appel-Muller, les votes contestataires et la montée du FN.

(Les adhérents du PC sont principalement des employés ou des cadres moyens aujourd’hui, les ouvriers ne sont plus majoritaires. Ils sont à 41% des femmes, ce qui en fait le parti qui se rapproche le plus de la parité homme/femme en France. 6% seulement ont moins de 30 ans.)

Le mouvement communiste est aujourd’hui confronté à de grandes problématiques, et à la question « est-il encore possible de sympathiser à cette idéologie ? » posée par Clepsydre, il est possible de répondre par l’affirmative. Le parti semble avoir vieillit avec 6% d’adhérents ayant moins de 30 ans, il a été victime de la distance que mettent les jeunes à l’égard de la vie politique. Il n’en n’a pas moins mûrit et l’image du communisme s’améliore avec des perspectives d’existences nouvelles.

Jade Heyman

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :