Un étudiant vend ses organes pour financer ses rattrapages

La nouvelle se répand comme une trainée de poudre au sein de Kedge Business School : Les étudiants devront désormais payer 500€ par matière manquée aux partiels, et ce dès le premier semestre.

Image

Une école qui coûte « les yeux de la tête » ?

Coup dur pour les étudiants de Kedge qui croulent déjà sous le poids des frais de scolarité exorbitants. Certains étudiants désabusés sont d’ailleurs prêts à tout pour rembourser leurs dettes, allant même jusqu’à risquer leur propre vie pour valider leur année. Après la prostitution, le gogo-dancing, la vente de clous chez Bricorama, et le marché noir de clémentines devant l’Obélisque de Mazargues, le trafic d’organes se démocratise à une vitesse ahurissante :

« Vous savez, il faut bien endurer quelques sacrifices pour obtenir son diplôme… mon grade de Master vaut bien un ou deux reins j’imagine » relativise Sébastien Boval, un étudiant ESC qui garde visiblement les pieds sur terre. «Quitte à tout prendre prenez mes reins, mon pancréas et ma cornée, mes deux poumons et mon dernier œil, mais vous n’aurez pas, non vous n’aurez pas, mon duplex rue de Breteuil » poursuit ce fan inconsidéré de Florent Pagny.

Le cas de Sébastien est loin d’être isolé et de nombreux étudiants peinent à joindre les deux bouts : « Après avoir raté mes partiels de finance et de comptabilité j’ai moi aussi songé à vendre mon corps, mais j’ai finalement décidé de me reconvertir dans le trafic de webcams» explique Arthur Guerin, conscient que ce business connaît un regain d’intérêt ces derniers temps.

Une école qui a « bon pied bon œil »

De son côté, le service comptable balaie d’un revers de main toute polémique, jugeant cette hausse des frais indispensable à la survie de l’école : « Chaque salle doit être équipée d’une vingtaine d’écrans tactiles, ça va coûter un bras tout ça, sans parler du sentier en marbre que nous projetons de construire ! » s’indigne Hervé Beneul. Une saillie audacieuse qui traduit pourtant une certaine hypocrisie de la part du membre de l’administration. Aux dernières nouvelles, le budget de Kedge Business School avoisinerait le PIB de la Suède et l’école préparerait son introduction en bourse dans le plus grand secret.

Quoiqu’il en soit, vendre des chocolatines dans le hall B ne suffira bientôt plus à arrondir vos fins de mois, le commerce parallèle de statuettes de Geneviève Modolo pourrait constituer une alternative salutaire. Affaire à suivre…

Rémi Jallageas

Publicités

4 Commentaires

  1. Rouchmoute dit :

    arthur n’aurait jamais réussi à payer ne serait-ce qu’un paquet de riz en vendant son corps 😛 il ferait mieux de s’associer à Rémi la Brocante pour vendre des statuettes..

    J'aime

  2. cauchy dit :

    Putin j’avais jamais pensé faire un trafic de Webcam mais c’est vrai qu’avec la finance, y’a de l’avenir !
    Bravo Captain Jack, encore un énorme article

    J'aime

  3. Anonyme dit :

    Super article!!!

    J'aime

  4. Loulou dit :

    frutipoète c’est une bonne école on dirait

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :